Souvenirs du Père Gaschon

  • Chapelet

    Chapelet

    Chapelet : chaînette de métal avec grains de bois et croix de métal ; sept petites médailles y sont accrochées. Long. 48 cm. Enfermé dans un œuf en bois gravé de motifs géométriques, s’ouvrant en deux parties vissées l’une sur l’autre. Contenu avec d’autres objets dans une boîte en bois, comprenant un papier avec la mention à la plume : « Précieuses Reliques du B. Père Gaschon ».

    Source : Cl. Randol

  • Chandelier

    Chandelier

    Chandelier en bronze. Haut. 19 cm ; Ø de la base 14,5 cm. Le périmètre de la base présente de multiples cassures : en aurait-on détaché des « reliques » du P. Gaschon ? il est accompagné d’une carte de visite : « L’Abbé A. de Laval / Chanoine Honoraire / Curé-Doyen de N.-D. de Marthuret / Mardi / Riom (P.-d.-D.). » au verso figure le texte manuscrit suivant : « Chandelier ayant servi au Père Gachon pour la célébration de la Ste Messe pendant la révolution dans une grange du village de Charlat commune de Tours-s.-Meymont et ayant appartenu à la famille Fayet chez laquelle logeait le père Gachon et à la famille Aubènèche qui en a fait don. »

    Source : Cl. Randol

  • Ostensoir

    Ostensoir

    Cet ostensoir, de facture très semblable au calice, provient lui aussi de l’hô­pital d’Ambert. Étain, avec un léger décor de feston à la roulette. Haut. 31 cm ; Ø de la base 14,8 cm ; Ø du soleil 14,5 cm. La lunule est perdue, ainsi que la vitre arrière ; le rayon supérieur du soleil est cassé. 

    Source : Cl. Randol

  • Calice du Père Gaschon.

    Calice

    Ce calice se trouvait conservé à l’hôpital d’Ambert. En étain, sans dorure de l’intérieur de la coupe, sans autre décor que de simples filets sur le pied et la tige. Haut. 22 cm ; Ø à la base 11,7 cm ; Ø au sommet de la coupe 7 cm ; Ø de la patène 12,1 cm. Ressoudé au-dessus du nœud. Dans L’exorciste, p. 93, H. Pourrat mentionne un calice de ce modèle, souvenir du P. Gaschon, qui aurait disparu dans l’incendie de l’Hermitage en 1950. S’agirait-il de ce calice ? Sa matière, sa facture très simple, montrent qu’il a été réalisé par un artisan local avec peu de moyens. Il pourrait très bien avoir été utilisé pour les messes clandestines du prêtre réfractaire.

    Source : Cl. Randol