Der verehrungswürdige Pater François Gaschon (1732-1815), Missionspriester der Diözese Clermont-Ferrand in der Auvergne

Image-1940-env.-Charlier-peinte-P.-Misslin-détail-réd

Bild von Henri Charlier (1941)

 

Aus der unteren Auvergne stammend, wird François Gaschon am 30. August 1732 in Auzelles, einer großen Pfarrei der Region Livradois (im Osten des Puy-de-Dôme gelegen) als Kind wohlhabender Landleute geboren. Er erhält eine gute Ausbildung bei den Jesuiten, zunächst in Billom und später in Clermont-Ferrand. In Billom wird er durch die Spiritualität des heiligen Johannes-Franziskus Regis, dem Apostel des Vivarais, geprägt.

Im Jahre 1756 wird er zum Priester geweiht. Zuerst wird François als Kaplan in Saint-Amant-Roche-Savine ernannt. 1758 geht er nach Toulouse, wo er als Student für Kirchenrecht angenommen wird. Er wird so Kaplan des Pfarrers Chambrotty in Olliergues. Die Nächstenliebe dieses um 4 Jahre älteren Priesters zu den Armen wird einen tiefgehenden Einfluss auf den jungen Priester haben.

Ein Missionar, der sein Leben riskiert

1766 entscheidet sich François bei den diözesanen Missionaren einzutreten. Er macht sein Noviziat in Notre-Dame de l´Hermitage in den Bergen des Forez. Anschließend wohnt er abwechselnd in diesem Haus und in Notre-Dame de Banelle im Bourbonnais. Die Missionen, die er in der gesamten Region durchführt, werden berühmt bleiben, sowohl durch seinen apostolischen Eifer als auch durch seine Fähigkeit, Konflikte aller Art zu beruhigen.

Die Revolution unterbricht 1792 die Missionare und zerstreut sie. Entschieden, jeden (von der Revolution verlangten) Eid abzulehnen, beginnt Pater Gaschon seinen Dienst im Geheimen in der Region von Ambert und Olliergues : Er unterrichtet den Glauben, spendet die Sakramente, stärkt die verfolgten Landsleute und entkommt oft auf originelle und manchmal wundersame Weise allen Fahndungen. Nach dem Ende des Terrors verrichtet er erneut den Dienst als Kaplan in Olliergues.

Arm mit den Armen

Nach dem Tode des Pfarrers Chambrotty 1804 wird der gute Pater durch den neuen Pfarrer Rostaing nach Ambert gerufen. Dieser vertraut ihm die Aufgabe der Katechese an. Aber obwohl er schon älter als 70 Jahre ist, versieht Pater Gaschon unter anderem einen sehr aktiven Dienst in der  ganzen Region von Ambert, in dem er predigt, die Beichte hört und Kranke besucht. In diesen verwirrten Zeiten bringt er überall den Frieden und die Versöhnung. Ende 1806 wird Pater Gaschon, der immer in seiner tiefen Demut jede Auszeichnung ablehnte, Seelsorger ohne Titel im Armenhaus von Ambert. Dort lässt er sich nieder, arm unter den Armen, in dem er ein wahrer Vater für alle Kranken und Waisen wird, die man dort aufnimmt. Genau dort stirbt am 28. November 1815, geliebt und verehrt von allen derjenige, der immer ein Missionar in seiner Seele geblieben ist. Er wird in der Kapelle des Armenhauses unter großer Anteilnahme des Volkes beerdigt.

Seit seinem Tod zeigt sich der Ruf der Heiligkeit, der begleitet wird durch eine große Zahl  von Zeugnissen über Wunder. Sein Grab wird ein Wallfahrtsort, wo er bis in unsere Tage zahlreiche Gnaden erweist.

Eine segensreiche Erinnerung

1924 entscheidet Mgr. Maras, Bischof von Clermont-Ferrand, einen Prozess im Hinblick auf seine Seligsprechung zu eröffnen. Die zusammengestellten Unterlagen werden 1926 nach Rom gebracht, aber der Krieg unterbricht den Prozess. Der Fall wird erst ernsthaft wieder aufgenommen und erfolgsreich abgeschlossen durch die Anerkennung des heroischen Tugendgrades des verehrungswürdigen Diener Gottes durch den heiligen Papst Johannes Paul II. im Jahre 1998. Um zu seiner Seligsprechung zu gelangen, gilt es nun eine Untersuchung über ein durch Pater Gaschon bewirktes Wunder zu verwirklichen.

Zu den markanten Elementen seiner Spiritualität gehört seine glühende Verehrung des heiligsten Herzens Jesus, ein bis in seine Kindheit zurückgehendes Vertrauen zu unserer Lieben Frau der 7 Schmerzen, ebenso wie seine Hingabe für die Armen und dieser missionarische Geist, der ihn niemals verlassen hatte. In folgenden Fällen wird Pater Gaschon in besonderer  Weise um Fürsprache angerufen : für die Kinder, besonders für diejenigen, die ohne Taufe sterben, um den Frieden und die Versöhnung in den Familien und Gemeinschaften, für die Heilung aller Art von Schwächen, um Priester – und Ordensberufungen sowie schließlich in allen Angelegenheiten schwieriger Immobilien.

Auskünfte

Vereinigung der Freunde von Pater Gaschon

9, place du Pontel

F-63600 Ambert (Frankreich)

Tel: 0033/4/73821131

 

Diözesanpostulator    

Pater Bruno SAMSON

Abbaye Note-Dame de Randol

F-63450 Cournols (Frankreich)

Tel.: 0033/4/73393100

 

Sie sind gebeten, alle Gnaden, die Sie durch die Fürsprache des verehrungswürdigen Diener Gottes erhalten haben, der Vereinigung oder dem Diözesanpostulator mitteilen.

voir plus

Le texte de cette neuvaine a été publié par l’abbé Preyssat dans la 1e édition de sa “Vie du Vénérable Père Gaschon”, Clermont (Ferdinand Thibaud), 1856. Il n’a pas été repris dans les éditions suivantes. Nous le reproduisons tel quel, en remplaçant toutefois le terme de « bienheureux » – dont l’abbé Preyssat, comme tous ses contemporains, fait usage à maintes reprises à propos du missionnaire – par celui de « vénérable » ou par « bon Père », ceci afin de ne pas anticiper le jugement de l’Église. Nous avons aussi modifié quelques expressions par trop vieillies.

LES miracles éclatants qui se sont faits sur la tombe du Vénérable Père Gaschon, et qui s’y font encore tous les jours, annoncent assez aux fi­dèles la protection qu’il accorde à ceux qui demandent à Dieu des grâces par son entre­mise.

Si nous voulons obtenir, demandons avec confiance ; c’est surtout pendant une messe donnée en cette intention, que Dieu aime à manifester la puissance qu’il accorde à son ser­viteur.

Une neuvaine, pour obtenir une grâce spiri­tuelle ou temporelle, est un exercice très-méri­toire et très-efficace. Cette neuvaine peut se faire en tous lieux ; mais il est vrai de dire que Dieu verse ses bienfaits avec plus d’abondance dans celui où le saint est mort, où reposent ses dépouilles mortelles, dans l’hospice d’Ambert ; ses cendres sont précieuses pour ce pieux éta­blissement ; il semble qu’elles le protègent d’une manière toute spéciale.

Voici la manière de faire cette neuvaine :

1° Entendre, s’il se peut, la messe pendant les neuf jours, en l’honneur du Vénérable Père ;

2° Réciter avant ou après la messe l’oraison effi­cace : « O Dieu, qui avez rempli le Vénérable Père Gaschon… », et ses Litanies ;

3° Faire la sainte communion au commencement ou à la fin de la neuvaine.

Nous donnons ici les prières de chaque jour pour faciliter cet exercice.


Premier Jour.

Réfléchissez quelques instants sur l’humilité, vertu qui caractérisait le vénérable P. Gaschon, et qui est de toute nécessité pour un chrétien……

Vénérable P. Gaschon, votre humilité vous a rendu puissant auprès de Dieu ; obtenez-moi la grâce de ne rien négliger pour mériter de devenir doux et humble de cœur, pour trouver dans l’éternité le repos de mon âme. Je vous prie aussi de m’obtenir telle grâce (spécifiez ici votre demande), si elle n’est pas contraire à la volonté de Dieu et à mon salut éternel. Ainsi soit-il.

Récitez les Litanies du P. Gaschon, et 9 fois le Pater et l’Ave.


Deuxième Jour.

Faites quelques réflexions sur la charité, vertu pratiquée avec tant d’ardeur par le Bon Père que nous invoquons……

Vénérable P. Gaschon, vous vous êtes dévoué avec tant de zèle au salut des âmes, que vous sembliez vous multiplier pour les secou­rir ; et si votre sainteté vous a acquis le titre de Vénérable, votre charité vous a fait donner le doux nom de Père des pauvres, dont vous fûtes toute votre vie l’agent, le refuge et le consolateur ; obtenez-moi de vous imiter dans votre charité, afin de mériter la grâce que je sollicite dans cette neuvaine, si elle n’est pas contraire à la volonté du Seigneur. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Troisième Jour.

Arrêtez un instant votre esprit sur la con­fiance en Dieu, et la résignation dont le P. Gaschon donna toujours l’exemple……

Vénérable P. Gaschon, assuré par mille pro­diges, de l’infaillible protection du ciel, vous ne vous êtes jamais laissé rebuter par les contradictions et les impossibilités apparentes ; priez pour moi, afin que le Seigneur soit le défenseur de ma vie, et que toujours plein de confiance en la divine Providence, j’obtienne la faveur que je solli­cite, si elle n’est pas contraire aux desseins de Dieu sur moi. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Quatrième Jour.

Pensez un instant au recueillement du Vénérable P. Gaschon et à son union avec Dieu……

Vénérable P. Gaschon, votre recueillement était si profond, si continuel, qu’il semblait que toutes les créatures disparaissaient devant vous, quand la Majesté divine se rendait comme visible à vos yeux ; vous parliez alors de Dieu comme un prophète, et vous vous rendiez maître du cœur de votre auditoire. Demandez au Seigneur que je sois recueilli et fervent dans mes prières, attentif et uni à Jésus au milieu même des occupations, des tentations et des épreuves de la vie. Obtenez aussi que ma demande ne soit pas rejetée, si elle est conforme aux vues de Dieu. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Cinquième Jour.

Méditez sur la mortification du Vénérable Père Gaschon qui, plein d’égards pour tous les hommes, n’avait nul ménagement pour lui-même……

Vénérable P. Gaschon, qui avez toujours enseigné la mortification par vos leçons et vos exemples, obtenez-moi de Dieu de comprendre que la vie humaine n’est semée de croix que parce qu’il faut vivre dans une entière abnéga­tion de soi-même ; protégez-moi, afin que je vive dans une continuelle mortification des sens ; intercédez aussi auprès de l’Éternel pour que je sois exaucé si ma prière n’est point con­traire aux intérêts de sa gloire et à ceux de mon salut. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Sixième Jour.

Pensez aujourd’hui au zèle du P. Gaschon pour la parole de Dieu et le salut des âmes……

Votre belle passion, vénérable protecteur, était celle de faire connaître Dieu et de sanctifier le prochain ; insensible à tout le reste, tous n’aviez d’ardeur que pour cela. Qu’à votre exemple, je cherche l’occasion de faire le bien auprès des âmes sur lesquelles je puis avoir de l’ascendant, soit en les consolant dans leurs afflictions, soit en les affermissant dans le bien, ou fortifiant celles qui sont faibles ; obtenez aussi de Dieu que mon âme ne suive point une mauvaise voie, et enfin, priez pour l’affaire que je vous recommande, toujours si elle n’est pas contraire à la volonté de Dieu. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Septième Jour.

Considérez aujourd’hui la dévotion à l’Eucha­ristie, qui fut toujours la consolation, l’asile et les délices du bon P. Gaschon…… 

Vénérable protecteur de nos âmes, vous confériez avec Jésus-Christ dans l’Eucharistie, de la conversion des pécheurs ; vous saviez que ce Sacrement est plein de miséricordes et que Dieu n’a pu nous donner rien de meilleur. Obtenez qu’en recevant l’auteur de la grâce, le Rédempteur lui-même, je devienne son frère comme j’étais devenu son enfant par le baptême. Intéressez-vous aussi aux vœux que je vous adresse pendant cette neuvaine, toujours en me conformant à la volonté de Dieu. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Huitième Jour.

Reconnaissez aujourd’hui que la protection de la sainte Vierge est pour les âmes un puissant appui auprès de Dieu ; le bon Père mettait en elle toute sa confiance……

Vénérable P. Gaschon qui, dès vos plus jeunes années, avez été pénétré de la piété la plus tendre envers la mère de Dieu, recomman­dez-moi à cette Reine des miséricordes, afin qu’elle veuille être mon avocate auprès de son Fils, et qu’elle lui demande avec vous la grâce spéciale que je sollicite pendant cette neuvaine, si telle est la volonté divine, et alors, vénéra­ble intercesseur, je vous prierai de lui rendre pour moi mille actions de grâces. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.


Neuvième Jour.

Méditez aujourd’hui sur le bonheur du ciel ; notre bon Père est en possession de cette belle patrie ; c’est de là qu’il nous protège et nous attire les bénédictions les plus abondantes. Demandez-lui surtout de jeter un regard de bienveillance sur la maison où il exerça son zèle pendant son séjour sur la terre……

O Vénérable P. Gaschon, que votre sainte vie a rendu si puissant auprès de Dieu, obtenez-moi le courage dans les combats que nous avons à soutenir, la patience dans les épreuves, la force pour triompher des obstacles qui s’opposent à notre salut, une dévotion tendre et soutenue envers nos protecteurs du ciel ; obtenez-moi de marcher constamment dans la pratique du bien, ainsi que la grâce que j’ai sollicitée pendant cette neuvaine, et enfin de vivre et de mourir en l’amour de Jésus. Ainsi soit-il.

Les Litanies, 9 fois le Pater et l’Ave.

 *******